Cliquez-ici pour être banni
Bonjour. Connectez-vous
Aller au marque-page

Ajouter une note

Ajouter une note

  • Aucune note
  • Aucun sommaire

Lien permanent


Code d'intégration

Taille du lecteur Démarrer à la page

Inscrivez-vous sur InLibroVeritas pour bénéficier des options de lecture.

 

Je m'inscris maintenant !

Bienvenue sur la page de lecture de votre livre. Vous pouvez faire défiler les pages en :

 

- cliquant sur les flèches ci-dessus.
- faisant défiler la barre d’ascenseur à droite.
- utilisant les flèches gauche et droite de votre clavier

 

Bonne lecture !Nous vous souhaitons une agréable lecture sur InLibroVeritasBonne lecture !

avatarProposé par
belladone-editions

Les Névroses

couverture du livre Les NévrosesAlors qu’il est épuisé, Maurice ROLLINAT, retiré du côté de Fresselines dans la Creuse, va parvenir à écrire ce présent recueil, Les Névroses (première édition en 1883). Une œuvre lucide hantée par la mort, la luxure et la condition humaine où Dieu se trouve évincé par le Diable. Livre mystérieux où Maurice ROLLINAT, lorsqu’il ne trouve pas de réponse à sa réflexion poétique, se sert alors de son imaginaire pour les créer ; l’imaginaire plutôt que le néant : c’est là, très certainement, l’un des fondements de la poésie...

Maurice ROLLINAT (Châteauroux, 1846 ; Ivry-sur-Seine, 1903), poète mal aimé en son temps, demeure méconnu aujourd’hui. Sa poésie se tient entre symbolisme et décadence. Jeune, il fut un adepte du célèbre cabaret parisien du Chat Noir. Il y interpréta au piano ses poèmes et ceux de Baudelaire. Sa condition physique fragile (il souffrait de névralgies), son succès modéré et la mort de sa femme seront autant de raisons qui l’obligeront à tenter de se suicider à plusieurs reprises. Mais c’est la maladie qui l’emportera alors qu’il est âgé de 56 ans. Il laisse derrière lui des œuvres d’une beauté inouïe, parmi lesquelles Les Névroses (1883), L’Abîme (1886), En Errant, proses d’un solitaire (1903).

Voir plus
0 0 116

Commentaires0 Commentaires

Connectez-vous pour laisser votre commentaire