Cliquez-ici pour être banni
Bonjour. Connectez-vous
Aller au marque-page

Ajouter une note

Ajouter une note

  • Aucune note
  • Aucun sommaire

Lien permanent


Code d'intégration

Taille du lecteur Démarrer à la page

Inscrivez-vous sur InLibroVeritas pour bénéficier des options de lecture.

 

Je m'inscris maintenant !

Bienvenue sur la page de lecture de votre livre. Vous pouvez faire défiler les pages en :

 

- cliquant sur les flèches ci-dessus.
- faisant défiler la barre d’ascenseur à droite.
- utilisant les flèches gauche et droite de votre clavier

 

Bonne lecture !Nous vous souhaitons une agréable lecture sur InLibroVeritasBonne lecture !

avatarProposé par
JLE

Sacrifice

couverture du livre SacrificeS'billa 14 ans, une fille noire, kidnappée, battue et violée par des flics blancs et abandonnée à la mort dans une usine désaffectée. Pas d'arrestation, black-out sur les informations et censure par les médias, les structures du pouvoir, et les hommes politiques blancs
Ada, la bonne voisine découvre S'billa, et la fait soigner à L'hôpital, s'étonnant de ne pas être remerciée par la famille et que l'affaire ne soit pas ébruitée.
Les deux frères, le révérend Marcus Mudrick et l'avocat Byron Mudrick se saisissent de l'affaire pour dénoncer le racisme policier des blancs, mais surtout pour s'enrichir en usant de faux témoignages. Marus est assassiné et son frère se cache tremblant de peur.
Quand arrive le Prince Noir, leader charismatique d'une branche dévoyée de l'Islam. Il convertit S'billa à sa religion, et la fait vivre dans sa communauté en écartant Ednetta la mère. Pour se venger des flics blancs, Anis le beau-père de S'billa exécute quatre flics et se fait abattre dans la rue.
Joyce Carol Oates en a fait une satire des relations raciales et du sensationnel, en dénonçant le racisme policier, insistant sur une Amérique profondément divisée entre les Blancs, les Afro-Américains et les Hispano-américains, sans compter les "petits blancs" tenus à l'écart de la prospérité du pays.
jean.leclercq2@free.fr

Voir plus
0 0 42

Auteur : Jean Leclercq

Commentaires0 Commentaires

Connectez-vous pour laisser votre commentaire